• Accueil
  • /
  • Blog
  • /
  • Général
  • /
  • 8 gestes du quotidien que nos proches âgés ressentent comme de la maltraitance !
Amélie Wallyn

8 gestes du quotidien que nos proches âgés ressentent comme de la maltraitance !

maltraitance personne âgee

Aucun soignant et aucun aidant naturel ne peut imaginer qu’il entre dans le domaine de la maltraitance quand il effectue certains gestes du quotidien sans même y penser. Gestes automatiques sans importance à nos yeux, ils peuvent tout de même être perçu comme de la maltraitance physique ou de la maltraitance psychique par la personne âgée.
Aujourd’hui, je voulais répondre à une question souvent posée « quand commence la maltraitance » et vous illustrer cela par quelques exemples d’actes que l’on peut faire sans y penser et qu’il nous serait facile de ne plus faire ou de modifier et qui constituent des gestes de maltraitances envers les personnes âgées. Car oui, la maltraitance des personnes âgées à domicile existe, tout comme la maltraitance des personnes âgées en EHPAD. Dans les structures d’hébergement et de soin, des groupes se réunissent pour définir les règles de la bientraitance, et les points sur lesquels il faut encore travailler pour éliminer toute maltraitance. Mais à domicile aussi, la bientraitance a son intérêt. Elle favorise le bien-être de la personne âgée, et ainsi une relation moins conflictuelle avec elle et donc une situation plus simple pour l’aidant avec un proche compréhensif et coopératif dans des tâches parfois désagréables pour l’aidant comme pour l’aider. A chacun d’entre nous d’y réfléchir et d’agir.

7 Gestes du quotidien que nos proches âgés ressentent comme de la maltraitance

Des discussions ont de plus en plus régulièrement lieu sur les notions de bientraitance et de maltraitance afin de savoir quel comportement du quotidien peut affecter l’état de santé et le moral d’une personne âgée. Souvent, certaines maltraitances apparaissent sans mauvaise intention de la part de la personne maltraitante. Elle a fait son geste automatiquement sans y réfléchir, n’a pas été formée ou veut tout simplement en faire un maximum pour la personne âgée au risque de trop en faire. Il est toujours intéressant d’analyser nos attitudes et de vérifier que nous ne sommes pas inconsciemment tomber dans la maltraitance en effectuant un geste ou un autre.

1 – Parler à la place d’un proche qui a du mal à s’exprimer.

Votre proche est peut-être long à exprimer ses désirs suite à un AVC ou à une maladie d’Alzheimer, mais il a tout de même besoin d’être écouté. Naturellement, beaucoup de personnes tentent de finir les phrases de la personne qui a des difficultés à s’exprimer en pensant lui éviter de se fatiguer. Mais attention, il se peut que vous la frustriez car vous ne trouvez pas la bonne suite à sa phrase ou que vous la vexiez en lui faisant sentir que vous la pensez incapable de finir sa phrase.

2- Mettre une protection urinaire à une personne qui n’en a pas besoin 

maltraitance protection urinaire personne âgéeAimeriez-vous porter une protection urinaire ? Votre proche non plus. Alors autant lui laissez la possibilité d’aller uriner aux WC tant qu’il en a la possibilité, c’est important pour son orgueil et son ego de se savoir encore capable de ces choses là quand il y a tant de chose qu’il ne sait plus faire. Dans l’esprit commun, porter une protection est humiliant. Forcer votre proche à porter une protection urinaire alors qu’il n’en a pas besoin c’est l’humilier. Si vous ne supportez pas de devoir accompagner votre proche aux WC, il existe peut-être des solutions (aide technique pour l’aider à se déplacer jusqu’aux WC ou à la chaise percée, passage d’un professionnel…).

3- Finir un geste que votre proche est trop long à faire

Comme finir de boutonner ses vêtements, ramasser les miettes sur la table quand il essaie de le faire depuis une minute, lui prendre des mains la pile de papier dans laquelle il cherche un document… Votre proche a besoin de sentir qu’il est encore capable de faire les choses. Et si vous faites ces activités pour l’aider et pour qu’il ne s’épuise pas, votre proche peut de son côté se dire que vous estimez qu’il est dépendant, qu’il n’est plus en mesure de faire les choses. Etre âgée et voir ses capacités diminuer est une source d’anxiété et de déprime pour ne nombreuses personnes âgées. Laissez lui le sentiment de réussir seule ce qu’elle entreprend quand cela est possible.

4- Parler à son médecin comme si votre proche n’était pas là

Si votre proche est en mesure de s’exprimer et de comprendre son médecin, laissez-la parler de ses soucis de santé. Elle peut se sentir infantilisée si vous parlez à sa place. Pire, si vous parlez comme si vous et le médecin ignoriez sa présence, elle peut se sentir inexistante ou avoir être l’impression d’être un objet dont on explique les dysfonctionnements à un mécanicien.

5- Préparer les vêtements de son proche sans lui demander si cette tenue lui convient

maltraitance choisir vetement personne ageeOui vous devez faire vite car vous avez un emploi du temps bien rempli. Mais votre proche âgé qui ne sort peut-être plus, ne pratique plus ses activités préférées peut accorder de l’importance à sa tenue. Votre proche peut vouloir porter d’autres vêtements qu’elle juge mieux assortis ou qui lui donnent meilleure mine les jours où son aide ménagère vient s’occuper de son logement. Et tout simplement, votre proche peut trouver certains vêtements plus facile à enlever pour aller aux WC ou plus confortables. Prenez donc le temps de vérifier avec votre proche que la tenue que vous avez choisi lui convient. Vous pourrez en plus en apprendre plus sur son quotidien, sur ses goûts et être surpris d’avoir des conversations sur la mode comme vous pourriez en avoir avec votre fille.

6- Estimer que votre proche est trop âgé pour s’intéresser à certains sujets

Qui vous dit que votre proche ne s’intéresse pas aux nouvelles technologies ? Aux aventures de votre fils ou de votre fille dans son club de foot ? Ne vous privez pas de parler de certains sujets sans avoir eu preuve qu’ils n’intéressent pas votre proche. De même pour les sorties, ne vous abstenez pas d’inviter votre proche âgé à un repas de famille au restaurant sous prétexte que vous pensez que cela ne l’intéressera pas, qu’il n’entendra rien et que cela le fatiguera trop. Vous seriez surpris parfois par les choses qui peuvent intéresser nos proches âgés !

7- Penser que cela fera plaisir à votre proche âgé d’aller au loto ou d’écouter de vieilles musiques.

Votre proche est un être humain avec ses propres goûts et sa propre personnalité, il n’aime pas forcément ce qu’aime les gens de son âge ou ce que l’on pense que les gens d’un certain âge aime. Si vous l’amenez par exemple régulièrement à des lotos pour lui faire plaisir sans lui avoir demandé si cela lui plait, votre proche pourrait se sentir malheureux de ne pas se réjouir d’une chose que vous étiez pourtant content de lui offrir. Cela pourrait le mettre mal à l’aise. Pensez toujours à demander à votre proche ce qu’il a envie de faire.

8 – Parler à haute voix à une personne qui entend bien.

Ce n’est pas parce qu’une personne est âgée qu’elle est malentendante !  Certaines personnes avec une forte personnalité vous feront d’ailleurs savoir que ce n’est pas la peine de leur crier dessus. Car c’est comme ça qu’elles le vivent ! Non seulement crier est agressif pour les personnes entendantes, mais en plus, cela n’aide pas les personnes qui n’entendent pas bien. En effet, en hurlant vous articulez moins bien, et elles ont alors encore plus de mal à vous comprendre ou à s’aider de la lecture sur vos lèvres. 

Par ailleurs, pas besoin non plus de leur parler comme à des enfants. Même si la personne âgée vous entend mal, le manque de compréhension ne vient pas du fait qu’elle n’a pas de vocabulaire, mais du fait qu’elle a une mauvaise audition !

Que faire si vous rencontrez une personne âgée maltraitée ?

signalement maltraitance

  • Si vous remarquez qu’un proche ou qu’un soignant effectue un des gestes mentionné dans l’article, il n’est pas nécessaire de tout de suite faire un signalement aux autorités. Il y a de forte chance pour que l’aidant professionnel ou naturel n’ait pas conscience de mal agir, qu’il n’a même pas pris le temps de réfléchir aux interprétations possibles de son geste qui lui semble banal. Pour autant, vous pouvez tout de même agir en amenant cette personne à prendre conscience de ses mauvaises pratiques, à réfléchir avec elle au moyen d’arrêter ou de modifier ses habitudes de manière à être mieux-traitant. Une réflexion qui peut lui servir, comme il vous servira et servira à la personne âgée en souffrance.
  • Si cette personne effectue tous les gestes de l’article, elle est probablement en souffrance elle-même ! Elle doit être stressée, débordée. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas tenter de faire évoluer la situation. Vous pouvez discuter avec elle pour voir si elle a conscience d’être dans la maltraitance de la personne âgée. En s’en rendant compte, il y a surement des petites choses qu’elle parviendra à changer. Pour le reste, elle pourra trouver une association ou un soutien professionnel pour apprendre à se détendre, se former à la bientraitance, trouver une solution pour se libérer du temps et en avoir plus à consacrer aux gestes de bientraitance… Ou elle pourra trouver une personne qui effectuera certaines tâches à sa place si certaines choses la mettent mal à l’aise au point où elle cache son malaise derrière des gestes qui peuvent être ressentis comme de la maltraitance par la personne âgée.
  • Si vous êtes spectateur d’une maltraitance physique ou une maltraitance psychique grave, n’hésitez pas à alerter ! Ne laissez pas une personne être mal nourrie, humiliée, frappée. Une maltraitance n’a pas besoin que cela aille jusqu’aux coups et blessures pour être grave ! Si vous avez des preuves de la maltraitance (photos, vidéos), convervez là, elles pourront être utiles pour l’enquête. Sinon, cela ne doit pas vous empêcher d’alerter les services concernés si vous êtes convaincu qu’il y a maltraitance, une enquête aura lieu dans tous les cas et peut-être que cela incitera une autre personne à témoigner. Vous pouvez en savoir plus sur les démarches à adopter pour signaler un cas de maltraitance en consultant ce site officiel ou en appelant le 3977. 

Pour finir : 

Je sais que cet article a pu en mettre certains d’entre vous mal à l’aise. Peut-être effectuez vous certains de ces gestes sans jamais avoir pu pensé que cela pouvait vexer ou causer du tord à votre proche âgé. Vous n’êtes pas pour autant de mauvais aidants, bien rares sont les personnes à tout faire parfaitement dès le premier essai ! L’important est de toujours chercher à se renseigner, et de modifier ses pratiques après avoir pris conscience de l’impact qu’elles peuvent avoir sur le moral ou la santé de son proche âgé. Encore une fois, on ne peut pas penser à tout, surtout quand on a énormément de choses et de tâches qui pèsent sur nos épaules.
Prenez conscience également que les personnes stressée et épuisées sont les premières personnes qui risquent d’être maltraitantes et que leur maltraitance peut prendre une ampleur bien plus importante que celle mentionnée dans cet article (cri, violence physique, abandon…). Ne négligez donc pas votre santé et votre épanouissement personnel. Aider son proche passe avant tout par le fait de s’aider soi. Vous pouvez vous entourer de professionnel, demander à ce que votre proche soit pris en soin dans un établissement le temps que vous vous reposiez quelques jours. Vous pouvez également vous rapprocher d’association pour discuter, trouver des conseils et des personnes qui vous comprennent. Pour trouver des professionnels et associations, vous pouvez vous renseigner auprès du CLIC qui vous donneront toutes les informations à avoir pour l’accompagnement d’une personne âgée. Tout cela, pour ne pas risquer de maltraiter votre proche et de vous maltraiter vous même.

A propos de l'auteur Amélie Wallyn

Ergothérapeute et co-auteur de la méthode MALO, je partage mes conseils et outils pour vous aider à maintenir votre proche à domicile le plus longtemps possible !

Ne partez pas sans nous laisser un petit commentaire :)

  • Bjr, suite à l article sur les gestes mal traitants, nombre de professionnels devraient se remettre en cause. Entre bulle de verre protectrice et isolante où l action se dérobe. sous le poids des responsabilités et l ouverture d esprit, la patience, la personnalisation me au ban es collectivités, il y a sûrement moyen de faire évoluer les mentalités. On N est pas déficient alzheimer 24/24, ni oublieux 24/24. Les médecins devraient mieux expliquer les désordres et offrir des listes d accueil, d assoc sans être taxer de favoritisme.
    Les protocoles limites dogmatiques reprennent de la vigueur dans la gestion des personnes âgées. Alors que chez les majeurs handicapés, les protocoles S adaptent à l environnement, les goûts de la personne et les samsah travaillent en concertation. Pas le cas chez nous pour les personnes âgées même si plusieurs services gravitent autour.

  • Je suis avs à domicile et ces gestes ont les a ss arrêt, pas le choix, les inters sont de plus en plus courtes, et qd on a la chance d’avoir du tps, on a la pression des familles pour faire autre chose que de l’aide à la personne…. La majorité des salariés sont démotivées car plus aucun tps d’écoute entre nous pour échanger sur nos pratiques et nos ressentis.

    • Oui je sais comme cela peut devenir difficile avec les contraintes imposées aux professionnels en terme de temps et à cause de la « rentabilité » demandée. La relation à l’autre n’est plus une priorité malheureusement et le soin devient uniquement technique. L’important, c’est d’au moins rester souriante avec la personne qui n’est responsable de rien et pourquoi pas lui expliquer les choses. Et bien sûr, lui parler un maximum durant votre temps de présence, lui expliquer ce que vous faites, lui poser des questions sur sa santé ou sa journée pendant que vous faites autre chose…
      A défaut de pouvoir faire parfaitement, il faut essayer de faire au mieux.

  • Bonjour

    J’ai découvert depuis peu votre site et je trouve super que vous partagiez ainsi votre expérience
    j’ai téléchargé les premières fiches d’ exercices et je trouve qu’elles sont aussi bien faites (je n’ai pas réussi à télécharger les 3 d’un coup comme vous le suggérer pour les professionnels )
    Cet article sur la maltraitance fait écho à ce que j’ai vécu aujourd’hui avec la femme d’un patient qui se plaint qu’elle est débordée mais qui ne laisse rien faire à son mari en disant qu’il est fatigué
    Ce n’est pas évident de faire comprendre à l’aidant que parfois ce qu’il fait n’est pas bon pour le conjoint
    Je trouve que vous savez trouver les mots pour l’exprimer

    Bravo pour ce blog
    Puissiez vous avoir le courage de toujours l’alimenter pendant longtemps pour que aidants et professionnels puissent y trouver des infos utiles
    Merci à vous pour le temps que vous y mettez (je sais ce que demande de tenir un blog car je l’ai fait dans le passé)

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    Autres articles qui pourraient vous intéresser...

    >