Fausses routes : maitrisez les gestes qui sauvent !
Amélie Wallyn

Fausses routes : les gestes qui sauvent !

fausses routesDans l’article « Fausse route alimentaire : conseils pour l’éviter » , je vous donnais des conseils pour éviter les fausses routes dans le cadre des troubles de la déglutition. Mais connaissez vous les gestes qui peuvent sauver votre proche de l’étouffement s’il a lieu malgré vos précautions ? Dans cet article, je vous donne les clefs pour bien réagir pour éviter à votre proche de faire parti des 4000 personnes en France qui décèdent chaque année suite à une fausse route alimentaire.

Intervenir au bon moment :

Une fausse route alimentaire doit alerter lorsqu’il y a étouffement.

L’étouffement se caractérise par le silence de la personne qui ne peut plus respirer et plus émettre le moindre son. Elle devient rouge, elle s’agite. Souvent par réflexe, elle pose ses mains sur sa gorge. C’est à ce moment là que vous devez agir, car les voies respiratoires sont obstruées.

Vous ne devez pas passer aux manoeuvres si la personne peut parler ou tousser. En effet, cela peut signifier que l’aliment gène, qu’il n’est ni dans les voies digestives ni dans les voies respiratoires mais qu’il se trouve entre les deux. Dans ce cas, effectuer une manoeuvre peut le faire basculer du mauvais côté et provoquer cette fois, un véritable étouffement.

Si toutefois cet état dure, téléphonez au 15 et expliquez leur la situation. Ils jugeront s’il est nécessaire de faire intervenir les secours, et vous diront quoi faire.

Alerter:

Pendant que vous entreprenez d’effectuer les gestes d’urgence, demandez à un autre témoin d’appeler les secours. Si vous êtes seul, vous devrez appeler les secours vous même dès que vous le pourrez.

Les claques dans le dos :

Afin de provoquer une toux qui éjecterait l’aliment coincé, il est recommandé de donner 5 grandes claques dans le dos, main bien à platentre les omoplates de la personne qui fait la fausse route. Celle-ci doit être légèrement penchée vers l’avant. Bien sûr si la personne recrache l’aliment gênant avant la 5eme claque, vous pouvez arrêter de frapper : elle vient déjà de se faire une frayeur, pas besoin en plus de la torturer !

La manoeuvre de Heimlich :

Si après les 5 claques la personne continue d’étouffer, il faut passer à la seconde technique. Il s’agit de la maneouvre de Heimlich.

Pour effectuer cette méthode, vous devez vous placer derrière la personne qui fait une fausse route. Posez ensuite votre poing fermé entre son nombril et son thorax et placez votre autre main par dessus celle-ci. Vous êtes en position ! Maintenant, il faut appuyer fermement vers vous et vers le haut. Vous pouvez ainsi appuyer jusqu’à 5 fois. N’ayez pas peur de blesser la personne en appuyant fermement : la priorité est de lui sauver la vie !

Si ca ne passe pas :

Si malgré ces 5 claques et les 5 compressions effectuées la personne n’a pas pu évacuer l’objet, il faut recommencer un cycle de 5 claques et 5 compressions. Et ainsi de suite jusqu’à l’arrivée des secours.

Si la personne perd conscience :

Si la personne perd conscience, c’est qu’elle manque d’oxygène à cause de la fausse route alimentaire. Cessez les manoeuvres et allongez-là au sol. Vous pouvez alors commencer à pratiquer un massage cardiaque en attendant l’arrivée des secours.

Si la personne éjecte l’aliment coincé :

Grâce à vos manoeuvres, votre proche a recraché l’aliment qui le gênait. Il respire !  Pourtant, cette histoire n’est pas finie.

Déjà, pensez dans un premier temps à avertir les secours que l’urgence n’existe plus, afin de leur éviter un déplacement inutile et leur permettre d’aller sauver d’autres vies.

Ensuite, prenez rendez-vous avec le médecin traitant de votre proche. En effet, faire des fausses routes n’est pas anodin. Il peut y avoir une cause à ces fausses routes qui, si elle n’est pas diagnostiquée, peut continuer de provoquer des fausses routes qui elles-même peuvent finir par amener au décès par étouffement, ou dans les suites d’une infection pulmonaire liée à la présence d’éléments étrangers dans les voies respiratoires.

Si votre proche fait régulièrement des fausses routes :

Si vous avez dans votre entourage un proche qui fait régulièrement des fausses routes, il peut être interessant de se former aux gestes qui sauvent. Plusieurs associations proposent des formations aux gestes d’urgence. Vous pouvez notamment contacter la croix rouge, ou demander à votre mairie s’il n’y a pas des séances de formations proposées par la ville.

Vous vous sentirez ainsi plus en confiance au quotidien, et cela vous permettra d’avoir moins peur des fausses routes lorsque vous mangez avec votre proche.

Et pour finir avec les gestes qui sauvent lors des fausses routes :

Et enfin pour éviter les fausses routes qui finissent mal, je vous propose de cliquez ici pour découvrir les gestes qui sauvent en vidéo, parce que visualiser les gestes peut vous permettre de mieux les reproduire et de mieux les garder en mémoire.

Et n’oubliez pas que bien vieillir chez soi, c’est un choix !

A propos de l'auteur Amélie Wallyn

Ergothérapeute et co-auteur de la méthode MALO, je partage mes conseils et outils pour vous aider à maintenir votre proche à domicile le plus longtemps possible !

Ne partez pas sans nous laisser un petit commentaire :)

  • Bonjour Amelie Wallyn,
    suite à la fausse route de mon mari ce matin, j’ai appliqué les gestes qui sauvent, que je connaissais déjà, heureusement.J’ai pris aussi + de renseignements sur la fausse route alimentaire, sur votre blog,
    et cela m’a réconfortée.
    Merci.

  • Bonjour Amélie
    On devrait tous connaître les gestes qui sauvent lors de fausse route, ça peut arriver à n’importe qui. La vidéo est bien explicite.

    • Bonjour,
      Merci pour votre message. La vidéo ne remplace pas les formations proposées par la Croix Rouge notamment, mais rien que connaître ce seul geste peut effectivement sauver des vies. Si vous en avez l’opportunité je vous recommande tout de même de suivre une formation complète, il y a beaucoup d’autres gestes qui sauvent, et en particulier si l’on est aidant d’une personne âgée ou malade.

      Bonne journée,

      Amélie

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    Autres articles qui pourraient vous intéresser...

    >