Amélie Wallyn

Alzheimer, démence : et si vous leur proposiez de manger avec les mains ?

pourquoi proposer le manger main aux personnes qui ont alzheimerSuite à une maladie ou à un accident, certaines personnes peuvent ne plus être capables de manger avec des couverts. Elles deviennent alors dépendantes d’une tierce personne qui leur donne à manger ou n’éprouvent plus de plaisir lors des repas.

On pense ainsi aux personnes qui suite à une maladie d’Alzheimer développent des troubles praxiques (un trouble de la coordination). Ils ne savent plus dans quel sens prendre les couverts, utiliser leurs deux mains en même temps pour couper les aliments, viser l’aliment, orienter le poignet comme il le faut pour ne pas faire tomber l’aliment de la fourchette lors du chemin de l’assiette à la bouche…

Il y a également les personnes ayant un trouble du comportement, qui ne parviennent pas à rester assises à table tout le long du repas. Le manger-main leur permet alors de manger debout, en venant chercher une bouchée dans l’assiette à chaque passage.

Mais on peut également penser aux personnes atteintes d’une maladie de Parkinson qui peuvent avoir du mal à se nourrir avec une fourchette sans se salir du fait des tremblements.

Et enfin, il y a les personnes souffrant du syndrome des jambes sans repos qui ne peuvent rester assises. Les personnes souffrant d’anxiété extrème également…

Pour ces personnes, manger devient une corvée. Cela prend beaucoup plus de temps et elles mangent alors froid. Le repas devient tellement long qu’elles n’ont plus d’appétit. Elles n’osent plus manger en public, de peur de se salir. Bref, la personne se nourrit de moins en moins et risque la dénutrition. Et on connaît les conséquences désastreuses de la dénutrition chez les personnes âgées !

7 raisons de leur proposer le manger-main : 

Le manger-main est le fait de consommer des aliments qui peuvent se manger facilement à la main. Ce sont des aliments souvent sous forme de bouchées. Le but est de rendre la personne autonome en supprimant sa principale difficulté : l’utilisation des couverts. Proposer le manger-main (aussi appeler finger food), c’est :

  • permettre à la personne d’être à nouveau capable de manger seule ;
  • lui redonner confiance en elle grâce à une autonomie retrouvée ;
  • lui donner la possibilité de manger à son rythme, et non pas au rythme de la personne qui lui donne la becquée ;
  • faire en sorte que le repas ne soit plus une source de stress pour la personne âgée et son aidant ;
  • permettre à la personne de manger chaud et de ne pas terminer son repas 30 minutes après les autres ;
  • lui donner le temps de finir son repas avant que la sensation de satiété apparaisse ;
  • redonner à la personne l’envie de manger et donc diminuer le risque de dénutrition ;

Le manger-main : une habitude à prendre : 

Dans les premiers temps, les personnes âgées peuvent être mal à l’aise de manger avec les mains. Elles estiment en effet que ce n’est pas poli. Elles n’ont pas forcément l’habitude de manger ainsi.

Dans ce cas, amenez-là à manger avec les mains lors de repas avec vous ou avec ses petits-enfants. Vous pouvez alors proposer de manger de la pizza tous ensemble, ou faire un apéro dînatoire. Au bout de quelques repas à manger ainsi tous ensemble, l’habitude de manger avec les mains sera prise et votre proche sera capable de manger avec les mains, même lors des repas qu’il prendra seul chez lui.

Le manger-main est un mode d’alimentation convivial si chaque personne à table mange de la même façon. Cela peut également être l’occasion pour votre proche de découvrir de nouveaux aliments, de goûter à de nouvelles cuisines (asiatique, créoles…).

Beaucoup d’aidants se sentent coupables de proposer le manger-main à leur proche, car ils ont l’impression de les infantiliser. Mais qu’est-ce qui est le plus infantilisant : que la personne mange seule avec les mains, ou qu’elle ait besoin qu’on lui donne la becquée pour éviter le risque qu’elle ne se nourrisse pas suffisamment ? Avec le manger-main, la personne âgée reprend le contrôle de son alimentation. Elle choisit ce qui va à sa bouche et le délai entre chaque bouchée.

Beaucoup de personnes pensent également que c’est sale. Mais pas du tout ! Les aliments proposés sont adaptés à ce type d’alimentation. On ne propose pas de spaghettis à la sauce tomate à une personne qui mange avec ses mains. Les recettes proposent des aliments non salissants et la seule particularité est qu’il faut veiller deux fois plus à ce que la personne se lave les mains avant de manger. C’est tout !

Un mode d’alimentation de plus en plus proposé dans les EHPAD, mais qui peut aussi être adopté à domicile !

De plus en plus d’EHPAD proposent le manger main aux résidents en difficulté. Cela permet au résident de reprendre confiance en eux et de retrouver le plaisir de manger. Cela permet également au soignant de gagner du temps en n’ayant pas à nourrir chaque résident bouchée par bouchée.

Proposer le manger main dans les établissements permet de donner à la personne le droit d’être autonome et différente. Le fait de ne plus savoir utiliser ses couverts, d’avoir des tremblements ou de ne plus être capable de rester assis à table plus de 5 minutes ne doit pas empêcher la personne de pouvoir se nourrir correctement.

Mais pourquoi attendre l’entrée en EHPAD pour proposer le manger-main à votre proche ? Si vous constatez qu’il a des difficultés à utiliser ses couverts ou qu’il maigrit, cela peut être une bonne solution pour lui et pour vous. Il faudra toujours préparer les repas de la personne, mais vous ne serez plus obligée de lui donner fourchette par fourchette. Pendant ce temps vous pouvez rentrer chez vous auprès de vos enfants, mais vous pouvez aussi en profiter pour prendre votre propre repas. De même, vous pouvez réduire le temps de passage de l’AVS ou lui demander d’utiliser ce temps pour une autre activité.

Idées de repas qu’ils peuvent manger avec les mains à la maison :

En EHPAD, le repas proposé aux personnes mangeant en manger-main est souvent le même que pour les autres résidents. Il est alors mixé et gélifié. Ainsi, cela peut également servir de repas aux personnes ayant un trouble de la déglutition. À domicile, il y a plein de choses que vous pouvez proposer à votre proche de manger avec les mains même sans utiliser de gélifiant. C’est tout de même plus agréable pour la personne de pouvoir identifier visuellement ce qu’elle est en train de manger.

Voici une idée de repas ou d’aliments que vous pouvez proposer à votre proche pour qu’il puisse manger avec les mains de manière autonome. Vous pouvez préparer certains de ces aliments à l’avance pour qu’il puisse les manger quand vous n’êtes pas là, et garder les autres pour les repas en votre compagnie. Il est également possible de demander à une AVS de passer pour préparer les repas en lui donnant une liste d’idées de ce qu’elle peut préparer pour votre proche.

Cette liste est bien sûr à adapter aux différents problèmes de santé de votre proche (diabète, cholestérol, difficultés à mâcher…). Ce n’est pas une liste exhaustive. Vous verrez qu’au fil du temps, vous aurez de plus en plus d’imagination pour varier les repas (même si vous verrez aussi que votre proche développera assez rapidement des habitudes et qu’il sera satisfait même en mangeant régulièrement la même chose).

Vous pouvez donc lui proposer :

manger main idée repasmanger main alzheimerfinger food alzheimer
  • de la pizza
  • des légumes crus coupés en bâtonnets si besoin et trempés dans des petites sauces ou de la crème fraîche. Cela peut être du concombre, de la carotte, des tomates cerises, des radis, du chou-fleur…
  • des petits fours, toast… (vous pouvez varier ce que vous étalez dessus : préparation au thon, poulet, jambon, hoummous…)
  • des sandwichs dans des pains mous (puisque de nombreuses personnes âgées auront du mal à croquer dans une baguette)
  • frites – fricadelle, pour les gens qui vivent dans le Nord  😉
  • de la quiche précoupée en petites bouchées.
  • des nuggets (et tout ce qui est frit comme sticks à la mozzarella, nuggets de légumes)
  • des mini-feuilletés dans lesquels on peut mettre ce que l’on veut : lardons, fromage, saucisse, poulet, légumes…
  • des petites saucisses (type knackie) et mini boudins.
  • des tortillas (omelette avec de la pomme de terre). Des tortillas toutes faites se trouvent dans le commerce et se déclinent en différente saveur. Il est également possible de les faire soi-même et de varier les goûts en ajoutant chorizo, lardons, oignons, saumons et des épices.
  • boulettes de viande
  • tranche de jambon roulée, crevettes, pillons de poulets
  • des cakes salés (et sucrés)
  • des croque-monsieur
  • des muffins salés
  • dés de fromage
  • nems, samoussa, maki…

Bien sûr, il est également possible de proposer des soupes (à boire directement dans le bol), mais aussi des desserts et goûters !  Les personnes âgées aiment souvent manger de petites quantités à différents repas. Vous pouvez donc mettre à sa disposition des portions de fromage, des fruits coupés en quartiers, des gâteaux, yaourt à boire, des fruits secs….

Vous voyez, l’alimentation en manger-main est toute aussi variée. Les recettes sont conçues pour être faciles à manger sans se salir. Et enfin, cela n’a rien d’infantilisant ! Vous êtes prêts à essayer ?

Dites-moi dans les commentaires ce que vous pensez du manger main, et n’hésitez pas à donner des idées d’aliments que l’on peut préparer (j’en ai sûrement oublié beaucoup, mais avec vos conseils je pourrai étoffer la liste). 

A propos de l'auteur Amélie Wallyn

Ergothérapeute et co-auteur de la méthode MALO, je partage mes conseils et outils pour vous aider à maintenir votre proche à domicile le plus longtemps possible !

Ne partez pas sans nous laisser un petit commentaire :)

  • J’ai beaucoup de mal avec le manger-main. De temps en temps mais tous les jours ça sera difficile.
    Et en Ehpad c’est sûr que ça facilite le travail pour les aide-soignantes mais j’ai le sentiment que cette méthode infantilise le malade Alzheimer .
    Je ne suis pas sûre de changer d’avis.
    Merci pour votre aide.

    • Il ne s’agit pas dans cet article de faciliter le travail d’aide soignante ou des aidants. Mais de permettre à une personne qui ne peut plus rester assise de manger tout de même.

      Certaines personnes touchées par la maladie sont incapables de tenir en place. Soit par manque de concentration. Soit à cause de jambes sans repos. Les obliger à rester assises (ce qui est rarement possible) leur provoquerait des douleurs dans les jambes. Et avec de telles douleurs, pas sûre qu’elles aient envie de manger. Pourtant, ce sont des personnes qui ont encore plus besoin de manger que les autres car elles se dépensent beaucoup en une journée.

      Une personne qui ne parvient plus à tenir les couverts peut être humiliée de se salir à chaque repas ou de devoir demander l’aide d’une autre personne pour un acte aussi « facile » que manger. Cela ne génera pas toutes les personnes, mais d’autres auront honte et préféreront ne plus manger du tout. Le manger-main leur permet de retrouver leur autonomie et le sourire.

      Finalement, ce n’est pas à nous, aidant, de choisir ou de définir ce qui les infantilise le plus (être nourri à la béquée ou manger avec les mains). Chaque personne doit pouvoir faire son propre choix pour sa propre personne. La personne âgée saura dire ce qu’elle préfère.

  • Bonjour,
    Aidante, conjointe,
    Cette maladie est apparue brutalement un matin.
    Actuellement, mon compagnon est en Urcc et rentre chez nous lundi.
    Le gériatre me dit que mon compagnon s est fait une copine et qu ils sont tjrs tous les deux.
    Cela me choque car ma place, ses sentiments, notre vie…..
    Il rentre lundi mais c est curieux.
    Je pense que je dois prendre cela gentiment c est tout.
    Il va reprendre sa vie auprès de moi.
    Merci

    • Bonjour. J’imagine que c’est difficile oui. Mais il n’y a pas de méchanceté de sa part. C’est juste qu’il se croit peut-être jeune homme, plus jeune encore que l’âge qu’il avait quand il vous a rencontré.
      Il et plus doux pour lui que les choses se passent ainsi, plutôt qu’il pleure et réclame sans cesse à vous voir.
      Il oubliera cette amie très rapidement une fois qu’il retrouvera ses repères chez vous et avec vous.

    • Bonjour,
      Je suis dans le même cas mais je refuse totalement que mon mari ait une « copine » à l’Ehpad.
      57 ans de mariage pour terminer ainsi. Pas question !
      Et nous sommes nombreuses dans ce cas. L’Ehpad est responsable .
      Bon courage aux conjoints.

      • Je comprends votre point de vue et la douleur que cela doit être. Mais l’EHPAD ne peut empêcher les accueillis de développer des sentiments ou de se rencontrer. Cela reviendrait à autoriser l’EHPAD à enfermer chaque personne dans leur chambre, seule, jour et nuit.

  • J’aime, c’est sympa, utile le « manger- mains » je travailles dans une unité Alzheimer et pour moi le manger-mains est une alternative de pouvoir manger avec envie et plaisir, c’est un moment de partage. Prévenir la dénutrition, préserver les gestes l’autonomie, mais surtout une façon d’éviter l’isolement au moment du repas puisqu’il deviens conviviale, et ont déjoué l’anorexie!!!!

  • Bonjour,

    Je suis actuellement en fin de deuxième année en IFSI et mon sujet de mémoire va tourner autour l’autonomie de la personne agée atteinte de démence type Alzheimer lors des repas en proposant le manger main afin de prévenir à la dénutrition.
    Enfin je ne sais pas encore comment je vais tourner mon sujet mais c’est le thème que je souhaiterai aborder.

    Votre article est très intéressant pour mon sujet et je souhaiterai savoir si vous pourriez m’en recommander d’autre ou me conseiller afin d’étayer mon mémoire de fin d’étude infirmier

    • Bonjour, il existe de nombreux livres et publications différentes sur le manger-main. N’hésitez pas à vous rendre à votre BU, ils ont des abonnements à des sites de références comme EM consult et autres outils spécifiques pour avoir accès aux études scientifiques que l’on ne trouve qu’en payant sur internet. Google permet d’avoir une idée de base, mais il vaut mieux étayer votre mémoire avec des documents scientifiques d’études validées.

  • Mon mari a la maladie D’Alzheimer depuis deux ans
    Je m’occupe toujours de lui car je l’aime 45 ans de mariage.
    Il ne parle pas marche tout doucement.
    Mon seul problème ce sont les repas il n’arrive plus à déglutir et malgré les repas caloriques il perd du poids.
    Je ne veux pas le mettre dans une maison de retraite j’aimerais des conseils pour le nourrir.
    Il a 69 ans et moi 72 .
    Merci de m’aider.

    • Bonjour,
      Je vous conseille d’en parler à son médecin. Il vous orientera probablement vers un.e orthophoniste qui pourra faire un bilan de ses difficultés et qui vous conseillera sur la nourriture à lui donner. Certains doivent manger mixé, d’autre en gelée. Certains peuvent boire et d’autres non… C’est vraiment au cas par cas.

      Je vous conseille également de regarder sur cette page : https://autonome-a-domicile.com/articles/alimentation-et-personnes-agees/
      Vous trouverez différents articles sur les troubles de la déglutition. Cela peut vous aider en parallèle d’un suivi orthophonique.

      Bonne journée à vous et votre mari.

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    Autres articles qui pourraient vous intéresser...

    >