COVID-19 : Comment gérer les besoins des personnes dépendantes avec les - Autonome à Domicile
  • Accueil
  • /
  • Blog
  • /
  • Alzheimer
  • /
  • COVID-19 : Comment gérer les besoins des personnes dépendantes avec les restrictions de visites ?
Amélie Wallyn

COVID-19 : Comment gérer les besoins des personnes dépendantes avec les restrictions de visites ?

 

visites alzheimer coronavirusLe Covid-19 se répand et des restrictions sont mises en place. Il est conseillé de ne plus rendre visite aux personnes âgées. Mais ces recommandations ne sont pas forcément suivables par tous. S’il faut protéger nos proches âgés du coronavirus, il faut également les protéger des conséquences de leurs troubles cognitifs, ou de leurs troubles dépressifs. 

Ensemble, faisons un point pour comprendre pourquoi les personnes atteintes d’Alzheimer ou de troubles cognitifs sont plus fragiles face au COVID19. 

Mais déterminons aussi pourquoi, il est impossible pour certains d’annuler toutes les visites. 

 

Vidéo ajoutée le 07/04/2020 : Je vous propose de découvrir une application très sympa que j’utilise auprès de ma grand-mère : Fizzer. Elle adore les cartes qu’elle reçoit, et j’adore utiliser l’appli qui est vraiment claire. Si vous voulez tester, n’hésitez pas à entrer ce code parrainage : AMELI520161 Vous aurez 2 crédits offerts, et moi aussi (c’est ma grand-mère qui sera ravie !)

Plus de vidéos de conseils pour un proche serein et en bonne santé pendant l’épidémie de COVID19 en cliquant ici.

Article mis à jour le 23/03/20 :  Vous êtes confiné avec votre proche, ou vous lui rendez visite de temps à autres pour des soins vitaux ? Découvrez en cliquant ici un article avec des idées pour occuper et stimuler une personne atteinte d’Alzheimer pendant le confinement lié au Covid-19.

Pourquoi la personne atteinte d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée a plus de risques de tomber malade ?

La personne âgée, malade ou non, est plus fragile face aux infections. C’est un fait. D’ailleurs, parmi les victimes du Coronavirus, on compte beaucoup de personnes d’un certain âge. C’est valable pour le Coronavirus, comme pour les autres grippes et pneumonies.

Le système immunitaire de la personne âgée est plus faible. Leur corps, de manière générale, est souvent fragilisé par d’autres pathologies.

Mais toutes les personnes atteintes de troubles cognitifs ne sont pas âgées.

Mais alors, les malades jeunes, ont-ils plus de risques d’attraper le coronavirus ? Oui. Car ils ont des troubles cognitifs.

Vos proches n’ont pas forcément conscience de ce qu’il se passe actuellement. Et s’ils ont conscience qu’il y a une maladie qui sévit, ils n’ont pas l’impression d’être des personnes à risque. Beaucoup de personnes atteintes d’Alzheimer ont l’impression qu’elles sont plus jeunes qu’elles ne le sont réellement. Elles oublient également leurs pathologies cardiaques, leurs antécédents de cancer, etc.

Par ailleurs, les troubles cognitifs les empêchent d’appliquer les fameuses mesures barrières dont on entend tellement parler.

Comment penser à se laver régulièrement les mains quand on oublie parfois même de manger ? Comment penser à ne pas serrer de mains, ne pas faire de bises quand il s’agit d’un geste habituel, un de ces gestes sociaux qui restent parfaitement connus des personnes atteintes de démence ?

Vos proches sont désorientés et ont une maladie qui impacte leur jugement. Difficile pour eux de décider que ce n’est peut-être pas le bon moment pour aller au club de cartes, ou pour aller dans les magasins tous les jours.

Par ailleurs, Christy Turner, une experte américaine affirme que le système des personnes atteintes d’Alzheimer serait affaibli. Selon elle, le cerveau commande le corps dans son ensemble, y compris le système immunitaire qui serait alors compromis. Mais je n’ai pas trouvé d’étude scientifique sur le sujet…

Mais alors, comment protéger votre proche ?

  • Si votre proche est en EHPAD ou hospitalisé.

Suivez les recommandations qui vous seront données par les autorités gouvernementales et médicale de votre pays. En France, les visites en EHPAD ne sont plus autorisées. Des professionnels veillent à ce que vos proches aient ce dont ils ont besoin. L’objectif est de les protéger du coronavirus qui vient de l’extérieur. Si chaque famille de résident vient, cela fait trop d’aller et retour qui risque d’apporter le COVID19. Trop de temps consacré à tout désinfecter après votre passage. Mais rendre visite à votre proche vous incite également à prendre des risques pour votre santé, notamment si vous prenez les transports en commun. De plus, cela augmente le nombre de personnes avec qui les soignants sont en contact et donc leur risque de tomber malade. Nos soignants se dévouent au soin, se mettre en position de risque pour eux et la maladie. Nous devons les protéger de nous-même et des virus que l’on peut porter sans s’en rendre compte. 

  • Si votre proche est à domicile.

L’objectif est le même qu’en EHPAD : laissez le coronavirus en dehors de chez votre proche. 
Si vous pouvez éviter les visites, évitez-les. Vous pouvez compenser cette absence de visite par des appels téléphoniques plus fréquents, des appels vidéos si votre proche possède un smartphone, une tablette ou un téléphone. Vous pouvez également envoyer des courriers (c’est l’occasion de faire de belles déclarations) ou des photos. Rusez !  Cela mettra beaucoup d’amour dans le quotidien de votre proche âgée. 

  • Si la santé de votre proche à domicile ne lui permet pas de rester sans visite.

(Plus loin dans l’article, je fais la liste des personnes concernées par ces visites indispensables)

Si c’est votre cas, faites attention aux microbes que vous pourriez faire entrer chez votre proche.

coronavirus alzheimer

 

  • Mon premier conseil est d’appliquer les mesures barrières que nous connaissons tous à présent : éviter les contacts physiques et se laver les mains. Je ne parle pas de la toux dans le coude, car si vous toussez, je vous recommande vivement de ne pas vous rendre chez votre proche âgé ou atteint de troubles cognitifs. Essayez de trouver une personne pour vous remplacer.

ATTENTION : ces mesures sont a appliquer même si vous ne présentez pas de symptômes. Je rappelle que l’on peut être contagieux même si l’on ne ressent pas de symptômes (tout début de maladie, formes légères ou asymptomatiques, etc.)

  • Ne vous rendez pas chez votre proche avec votre enfant ou petit-enfant. Je rappelle que les jeunes enfants sont moins concernés par la maladie, mais qu’ils peuvent être contagieux. Par ailleurs, ils ne se protègent pas aussi bien que vous et ont donc plus de risque d’attraper et transmettre le coronavirus.

 

  • Quand vous vous laverez les mains, vous pouvez en profiter pour proposer à votre proche d’en faire autant. Cela vous permettra de vérifier que le lavage de main est bien fait au savon et qu’il dure assez longtemps.

 

  • Avant de partir, n’hésitez pas également à donner un petit coup de produit désinfectant sur les surfaces que vous avez touché. Les poignées de porte, la table, la cafetière, le pilulier, etc. Cela vaut également pour les surfaces que d’autres personnes intervenant à domicile auraient pu toucher.

Et les masques ? Je ne vous parle pas de masque, car la plupart de mes lecteurs sont en France, et que c’est devenu mission impossible d’en trouver. De plus, n’oublions pas que vous êtes face à des personnes sensibles émotionnellement. Un masque sur votre visage pourrait les angoisser et majorer leurs symptômes. Par exemple, s’ils ne vous reconnaissent pas, ils peuvent chercher à s’enfuir, vous agresser, etc.
Ceci n’est qu’une opinion personnelle et c’est une opinion à prendre avec des pincettes. En effet, si vous avez des masques à disposition, que vous savez vous en servir et que votre proche est en mesure de comprendre pourquoi vous le portez… la situation n’est plus la même. Bref, chaque situation est différente. Faites au mieux.

Enfin, si votre proche vit chez vous.

C’est une situation très difficile car vous ne pouvez pas forcément être en vigilance constante.

Il faudra alors faire particulièrement à vous laver les mains régulièrement et à l’aider à se laver les mains. Faites-le ensemble et en chantant, ce sera mieux fait et de façon plus ludique.

Quand vous sortez pour faire des courses, faites bien attention à vous laver les mains en rentrant mais aussi à désinfecter les poignées de portes et autres objets que vous auriez pu toucher avant le lavage de main. Si possible, isolez vos vêtements et chaussures dans un lieu où votre proche malade n’ira pas les toucher. 

Et enfin, mon dernier conseil : prenez soin de vous !
Pour ne pas transmettre le coronavirus à votre proche, le mieux à faire est de ne pas l’attraper. Appliquez donc les mesures recommandées par les autorités.
Non seulement cela protégera votre proche, mais cela vous protégera également. Il n’y a pas de raison pour que votre santé compte moins que celle des autres.

 

Qui sont les personnes qui ne peuvent pas se passer de certaines visites ?

Certaines personnes ont des besoins spécifiques, il s’agit des personnes qui ont besoin d’aide à leur domicile ET des personnes présentant des troubles dépressifs, ou des signes de dépression.

Pour toutes les autres personnes, et même si cela vous cause de la peine, reportez-vous aux recommandations nationales. Il s’agit ici de se protéger et de protéger les personnes âgées. La Sécurité et la Santé priment sur le Confort. 

Mais pour les personnes présentant des troubles cognitifs importants ou des signes dépressifs, il est inconcevable d’arrêter TOTALEMENT les visites au domicile.

  • Parce que quelqu’un doit s’assurer que la personne ait de quoi manger, et qu’elle pense à manger [et on sait que ce n’est pas forcément le cas avec Alzheimer, par exemple]

 

  • Parce que quelqu’un doit vérifier la prise de traitement, s’il n’y a pas de passage infirmier prévu.

 

  • Parce que quelqu’un doit vérifier que la personne présentant des troubles cognitifs ou dépressifs ne soit pas malade.

En effet, une personne atteinte d’Alzheimer n’a pas conscience du contexte actuel, et ne pensera pas forcément à vous signaler une toux. Elle peut laisser la situation s’aggraver.

Une personne présentant des troubles dépressifs peut ne pas se soucier de son état de santé, voire ne plus avoir peur de la mort.

Je rappelle que la dépression de la personne âgée est courante et concerne 15 à 25% des personnes âgées. Le suicide est la cause de décès de 3000 personnes de + de 65 ans par an en France.

Le but de l’espacement des visites et de protéger la personne âgée du coronavirus potentiellement fatal. Ce n’est pas de laisser une personne âgée faire des chutes et malaises parce qu’elle se nourrit pas, ou la laisser mourir par oubli de ses traitements pour le coeur ou par dépression.

ATTENTION : je ne dis pas que des mesures de protection ne sont pas importantes. Mais ces mesures doivent être réfléchies et adaptées à chaque personne.

Votre proche n’est pas juste une personne âgée lambda. C’est une personne avec d’éventuels risques associés et des besoins.
Vous connaissez votre proche et ses besoins. Vous connaissez également les gestes barrières (lavage de main, contacts physiques à éviter, etc.). Je vous fais confiance pour faire un compromis entre visites nécessaires ET sécurité.

Pour ma part, même si cela me chagrine, je prévois de ne pas rendre de visite à ma grand-mère.
1. Elle a tout ce dont elle a besoin chez elle, et un passage infirmier pour ses soins.
2. Au téléphone, elle ne semble pas encore impactée psychologiquement par la situation.
3. Et il est prévu qu’elle voit un membre de la famille par semaine pour des rendez-vous médicaux indispensables ou un repas dans la bonne humeur. Tout en respectant les fameuses mesures barrières.

=> MAIS cela ne m’empêche pas de lui téléphoner régulièrement, pour être certaine que tout va bien et lui donner le moral. OU de lui envoyer de longues lettres qu’elle chérie et garde dans un tiroir secret.

Ma grand-mère est à l’abri, mais elle n’est pas seule.

Je suis sûre que vous pouvez vous aussi, trouver des compromis.

Ensemble, protégeons-les. Nos aînés sont précieux. ❤️

 

 

Attention, je suis ergothérapeute concernée par la santé des personnes âgées, et non pas médecin. Tout ce message est le fruit de mes recherches, de mon opinion et de ma réflexion personnelle. En cas de doute, je vous invite à contacter les plateformes d’informations mises en place. Mes conseils ne se substituent pas à l’opinion des autorités médicales compétentes. 

 

A propos de l'auteur Amélie Wallyn

Ergothérapeute et co-auteur de la méthode MALO, je partage mes conseils et outils pour vous aider à maintenir votre proche à domicile le plus longtemps possible !

Ne partez pas sans nous laisser un petit commentaire :)

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Autres articles qui pourraient vous intéresser...

>